La Grande Traversée
|

(de la rue Sainte-Anne aux Grands Boulevards) Pour se souvenir d’un des premiers grands quartiers homosexuels des années 70, et pour remonter jusqu’à la Belle-Epoque, marchons du bas de la rue Sainte-Anne aux Grands Boulevards, en passant par la Place de la Bourse, les passages couverts et la rue du Faubourg Montmartre. Night-clubs, « tasses », drague, répression et scandales de 1870 à l’orée des années 80. (créé en octobre 2007)

Des Tuileries au Palais-Royal, ma première visite…
|

Les jardins des Tuileries et du Palais-Royal furent les plus importants lieux de drague et de prostitution masculine du XVIIIe siècle. C’est aussi là que l’on discutait des changements de la société juste avant et pendant la Révolution : on y parlait, entre autres, de la dépénalisation de l’homosexualité. Entre ces deux jardins évoquons César de Vendôme sur la place qui a gardé son nom, des enterrements mémorables à l’église Saint-Roch, Jean Cocteau rue Montpensier et bien d’autres choses encore … … Lire la suite

Dans le Paris de Jean Cocteau
|

Retrouvons-le dans le quartier qui a abrité sa vie, son oeuvre et ses amours entre 1910 et la Seconde Guerre mondiale : le quartier de la Madeleine. Entre 20 et 50 ans, la vie de Jean Cocteau est riche tant sur le plan artistique qu’intime. Passer par ses différentes adresses ou par les lieux qu’il a animés ou croqués, c’est aussi parler de ses amants, de son rapport avec Proust, de sa lutte entre classicisme et modernité, de son addiction à … Lire la suite

Balade lesbienne du Louvre à la Concorde
|

Ce parcours permettra, via la rue de Rivoli et quelques rues adjacentes, d’évoquer plusieurs lesbiennes connues ou moins connues, commeLucie Delarue-Mardrus, Natalie Barney, Janet Flanner, Marguerite Yourcenar ou Rose Valland…, et de passer devant certains cabarets (Suzy Solidor, Agnès Capri) ou anciens salons de thés, propices aux rencontres entre femmes, mais désormais disparus… (créé en mai 2014)

Autour de la Montagne Sainte-Geneviève
|

Le XVIIIe siècle vit s’établir autour de la Montagne Sainte-Geneviève plusieurs cabarets où se retrouvaient les bougres et les bardaches. Au début du XXe siècle, la Montagne accueillait un des bals pour homos et lesbiennes les plus populaires de Paris. Mais c’est surtout le quartier des revendications : la Sorbonne en 68, la Mutualité et la place Maubert un peu plus tard. Et si on croisait aussi Vautrin, Verlaine, Rimbaud et Victorine Meurent (lesbienne, l’un des modèles préférés de Manet). (créé … Lire la suite

1 2